Chers Sevranais,

 

            Entre le désengagement croissant de l’Etat, l’absence de politique de développement économique avec comme corollaire l’obligation pour la ville de ne compter que sur les seuls impôts prélevés sur les habitants, la situation financière de Sevran est très préoccupante. Ce d’autant que les taxes et impôts infligés aux Sevranais sont très élevés (25,20%) et sont répartis sur un faible potentiel fiscal, puisque seulement 1/3 des Sevranais assument ces derniers.

            Bien que réduite grâce à la vente de bien patrimoniaux, la dette de la ville a été accompagnée de l’absence d’un plan réel d’économie engendrant de fait une baisse drastique des budgets d’investissement et de fonctionnement, laissant Sevran à l’abandon et les services municipaux sans véritables moyens d’agir dans l’intérêt du service public.

 

            Au total, bilan peu florissant qu’il est important de corriger pour l’avenir de Sevran.

Votre dévoué,

Philippe GEFFROY

Finances 4.JPG