Chers Sevranais,

           L’épidémie liée au Covid 19 est venue ternir encore plus l’état des finances de notre commune.

           Le coût global déjà assumé est de l’ordre de 4M€ supplémentaires de dépenses.

 

           Quels types de dépenses ?

 

           La ville de Sevran, soumise de par l’Etat à un régime de rigueur sur ses finances, doit réagir vite, sinon la fin de l’année sera impossible à boucler financièrement. Ce régime de rigueur, imposé par la notion de contractualisation des dépenses, a été accepté par M. Blanchet et sa majorité de l’époque, mais dénoncée alors par la gauche extrême du PCF à la France insoumise. Qu’en pensent ces groupes aujourd’hui, eux qui après s’être déchainés contre l’équipe de M. Blanchet pendant six ans en sont désormais les soutiens les plus voyants ? Encore une incohérence qu’il va falloir gérer, en cas de victoire pour la liste de M. Blanchet.

 

           Le placement des finances de Sevran sous la tutelle du Préfet de la Seine-Saint-Denis nous guette, avec son lot de conséquences : l’augmentation des impôts pour les sevranais et le recours à la dette pour finir l’année ; un comble pour la Ville, déjà trop endettée, par rapport à sa capacité financière et dont les impôts sont trop chers au vu des services rendus. Ce d’autant que l’on sait qu’à Sevran, le poids de l’impôt n’est supporté que par 1/3 de la population. C’est encore une fois cette classe moyenne sevranaise, déjà largement paupérisée et exclue des aides sociales, qui devra subir à l’évidence le surcroît de dépenses. On ne peut accepter cela. Il est essentiel de reprendre en mains les finances de la ville. Un audit financier et du fonctionnement indépendant doit être effectuer dès que possible. Ses résultats permettront d’envisager une rationalisation des moyens et des dépenses, afin de réduire l’impact financier de la crise sur les habitants.

 

            A Sevran, on paie trop pour une Ville sale, sans sécurité, sans service public décent, sans distraction, sans perspective. Pauvre Sevran !

 

            Pendant cette période de confinement, nos commerçants ont été abandonnés par la ville, tout comme ses habitants ; pas d’information, pas de soutien, aucune empathie. A défaut d’une politique anticipatrice, la municipalité aurait dû être beaucoup plus réactive, notamment en s’appuyant sur le riche tissu associatif sevranais et en rationnalisant les moyens attribués à chaque association tant au niveau logistique qu’au niveau des subventions versées, dont l’attribution doit se faire au vu des services rendus objectifs. La crise de la Covid 19 nous a rappelé qu’il est nécessaire d’anticiper et de prévoir. Afin d’anticiper ces périodes de confinement de toutes natures (sanitaire, climatique, catastrophe naturelle), il importe d’envisager sérieusement un travail partenarial étroit et pérenne entre la municipalité et les associations locales. En effet, ce sont elles qui, avec le soutien de nombreux bénévoles, ont permis d’aider et soutenir les personnes en précarité, dans cette période difficile, que le confinement a imposé à tous.

 

           Pendant près de deux mois, Sevran et les Sevranais ont été livrés à eux-mêmes, sans action cohérente de l’équipe municipale, il suffit de regarder la gestion des écoles, des salles, des parcs, des routes, sans parler du contrôle des règles du confinement…

 

            Quant au surcroît des dépenses que la ville de Sevran devra absorber, il faut évoquer le problème du quartier Westinghouse (1250 logements construits pour 600 promis), qui de fait va devenir notre 4ème quartier en politique de ville après les Beaudottes, Rougement et Pont-blanc. En effet l’accroissement de la population dans ce nouveau secteur aboutira pour la municipalité à la nécessaire et incontournable budgétisation inhérente à la création de nouvelles écoles, d’une infrastructure routière et de stationnement en cohérence avec l’apport de nouveaux habitants. Il faut d’ores et déjà se poser la question, qui une nouvelle fois n’a pas été anticipée, avant d’accorder toutes ces nouvelles constructions, qui se sont trouvées doublées entre le projet initial et ce qui est effectivement réalisé à ce jour. Qu’en sera-t-il demain sur les 32 Ha de Pont blanc où, compte tenu de ce que l’on voit maintenant sur le quartier Westinghouse, on peut craindre qu’il en soit de même sur ce dernier grand terrain de Sevran, sans un projet durable et avec les mêmes conséquences pour l’alourdissement du budget de la ville. Si toutefois cela devait se réaliser, ce nouveau secteur créé deviendrait le 5ème quartier de la politique de ville, que la municipalité aura à gérer financièrement dans les mêmes conditions que pour le quartier Westinghouse. C’est pourquoi il conviendra d’être vigilant, attentif et anticipateur, afin que tout Sevran ne sombre pas dans ce gâchis en marche depuis 20 ans.

 

           Le rôle d’un Chef c’est d’assumer et de décider quand tout va mal avant que tout s’effondre !

 

           Certains nous diront qu’il est facile de critiquer les actions de M. Blanchet et de son équipe, nous demanderont ce que nous aurions fait de plus et de mieux à la place de Mr le Maire et de ses adjoints, nous leur répondrons ceci : de la réactivité et de la proximité. Quand un problème survient, Il ne faut pas attendre qu’il passe, il faut le traiter, dans la mesure des moyens disponibles, qu’il convient alors de valoriser, sans paniquer et en étant à l’écoute.

 

 

Attention le 28 Juin a lieu le 2éme tour des élections municipales, un seul vote UTILE pour barrer la route à l’équipe de M. Blanchet et l’extrême gauche :

LE VOTE de Rassemblement de l’Opposition pour AIMER SEVRAN avec Philippe GEFFROY !

 

Votre dévoué,

Philippe GEFFROY

Bureau de campagne Aimer Sevran 2020

8, Place Gaston Bussière - 93270 Sevran

Tel  01 79 95 29 50

Email  geffroyphilippe.2020@gmail.com

© 2019 Aimer Sevran - Philippe GEFFROY 

Copyright AIMER SEVRAN